Abadou, Tante cafarde et Le fils

Dogan ERTENER
Frédérique MATHIEU
Musique : Dogan ERTENER
Costumes: Sophie PECOUT

Spectacle musical à partir de 5 ans.

Sur scène se succèdent trois contes d’origine africaine, orientale et russe.
Chacun aborde à sa manière une thématique sur la différence : La différence sociale, physique ou encore Homme-Femme.
Les trois contes sont portés par une création musicale qui ponctue et accompagne leurs univers.
Le conte est un récit imaginaire, de tradition orale, transmis pendant des siècles de génération en génération, qui est une forme d’écho de la réalité. Il a toujours fasciné les adultes et les enfants. Les contes sont des invitations aux voyages.

Le pauvre et le juge
Conte russe
Un homme et sa femme vivaient dans la pauvreté. Un jour, il ne leur resta plus rien à manger. La femme dit à son mari :
– Débrouille-toi comme tu veux, mais il faut que tu nous trouves de la farine.

Le fils de Djeha
Conte maghrébin
Le Fils de Djeha avait 13 ans. Il ne se croyait pas beau. Il était même tellement complexe qu’il refusait de sortir de la maison.

Tante Cafarde
Conte iranien
Un père juste avant de mourir dit à sa fille : «Toi, Tante cafarde, fille trop bavarde à la langue acérée, qui voudra t’épouser ? Va donc à Hamedan voir Ramedan peut-être lui, en souvenir de notre amitié passée, te trouvera-t-il un mari ? »

Éduquer à l’interculturalité à travers les conte

L’ethnocentrisme, les préjugés, les stéréotypes sont le propre de l’homme. Ces processus sont normaux, inhérents à l’appartenance à une société et à des groupes. Ils reposent sur la conviction individuelle que l’unique point de vue acceptable est le
sien propre. Cependant, ces processus conduisent à des conflits culturels revêtant de plus en plus d’importance. A l’heure où les relations entre les cultures sont inévitables, comment empêcher une « guerre des cultures » ?

Avis
De l’avis général, cette proposition a été opportune, de qualité, et pédagogiquement bien adaptée. Sur le fond, les messages sont passés, discrètement mais efficacement, contribuant ainsi à une nécessaire ouverture (inter)culturelle au sens large du terme. Les thèmes de la différence (physique, sociale, sexe) qui sont abordés avec la finesse du conte concernent les enfants.

Artistiquement, la prestation est de grande qualité, mêlant avec bonheur la poésie et le burlesque. Tous les sentiments sont au rendez-vous.

Enfin, le format, le vocabulaire sont particulièrement adaptés à un public d’enfants (même si les adultes n’ont pas boudé leur plaisir !). Avec juste assez de complexité pour les “tirer vers le haut”. La capacité des artistes à s’adresser à un public d’enfants en les faisant tour à tour participer, parfois bruyamment, puis, l’instant d’après, capter à nouveau leur attention est remarquable. Bravo et merci.

Philippe MARLIER, Directeur de l’école élémentaire de la Canardière, Meinau (Strasbourg) 15/12/2014 Classes concernées : CP, Clis (75 élèves)

 

FICHE TECHNIQUE
CONTACT